Comment limiter la pollution intérieure ?

Plusieurs études montrent que l’air intérieur dans les bureaux et dans les logements est généralement plus pollué que l’air à l’extérieur, malgré les pollutions agricoles et automobiles. Ces pollutions seraient incluses dans de nombreuses pathologies : allergies, cancers, respiratoires… Alors, qu’est-ce qu’il faut faire pour limiter la pollution intérieure ?

Aérez régulièrement votre logement

L’aération est la première étape à faire pour avoir un air intérieur sain. Ce petit geste permet de préserver l’air de votre logement. L’aération permet de faire circuler l’air ainsi que d’évacuer les particules. On pourrait penser qu’il faut garder les fenêtres fermées, surtout lorsqu’on habite en ville afin d’éviter les pollutions en lien avec le trafic automobile. Mais au contraire, c’est l’aération qui réduit la pollution intérieure de votre logement. L’idéal sera d’aérer le logement pendant une dizaine de minutes tous les matins et soirs afin de permettre le renouvellement régulier de l’air. Vous pouvez également faire de l’aération à l’intérieur de la maison : il faut une bonne circulation d’air entre les pièces afin d’éviter que les polluants stagnent. Si possible, laissez donc vos portes ouvertes ou dégagez bien les ouvertures sous vos portes. Les systèmes de ventilation doivent également être entretenus régulièrement.

Lutter contre l’humidité

C’est l’un des facteurs de la pollution intérieure dans les logements. Une pièce humide accumule beaucoup de polluants. En plus, c’est un endroit idéal pour les moisissures de se développer. Vous pouvez mesurer l’humidité de votre logement et si elle est trop importante, agissez pour la réduire. Selon l’ADEME, l’humidité idéale est de 40 à 60 %. Si vous dépassez ces seuils, aérez votre logement plus régulièrement afin d’évacuer l’humidité, ou utiliser un déshumidificateur d’ambiance pour absorber l’humidité.

Utilisez des équipements et des produits plus sains

De nombreux équipements et produits de la maison participent à la pollution de l’air à l’intérieur des logements. Matières plastiques, produits d’entretien, meubles, canapés, etc. De nombreux produits que l’on utilise au quotidien participent à répandre des composés organiques volatils ainsi que d’autres polluants. Choisissez, si possible, des meubles qui constituent des matières naturelles, sans colle synthétique riche en composé chimique volatil et sans peinture. Il en est de même pour vos produits d’entretien : vous devez choisir des produits naturels. Par exemple, il vaut mieux utiliser des savons noirs à la place des produits de nettoyage complexes contenant souvent plusieurs composés polluants. Il est également important de bien entretenir vos appareils afin de limiter les pollutions (fours, chaudières, chauffages, ventilation). Nettoyez également les dispositifs qui utilisent du gaz et les appareils de cuisson.

Comment se protéger contre les énergies négatives ?
Fatigue chez l’enfant, comment la reconnaître ?