Principes fondamentaux du traitement par l’acupression

acupression

L’acupression est l’une des thérapies issues de la médecine traditionnelle chinoise. Cette technique est proche de l’acupuncture, mais elle se pratique sans aiguilles. Vieille de 5000 ans, elle consiste à stimuler des points et zones précis du corps humain, nommés points d’acupression, dans le but de rééquilibrer l’organisme, calmer les tensions nerveuses, apporter un soulagement face à la douleur et parfois même pour maigrir. Le traitement par l’acupression est basé sur cinq principes fondamentaux, les mêmes que la médecine chinoise, dont les 5 éléments, le Yin et le Yang, les méridiens et points d’acupression.

Les 5 éléments

L’acupression suit la loi des 5 éléments, comme toutes les branches de la médecine traditionnelle chinoise, qui expliquent comment circule l’énergie à travers le corps : l’eau, le métal, la Terre, le feu et le bois. Cette théorie indique cinq mouvements : les quatre dynamismes de base plus le support qui les harmonise. Reliés entre eux, certains mouvements entrent dans le domaine du pathologique alors que d’autres ont des modalités physiologiques.

La Terre représente la stabilité. Le métal évoque les affaires, les principes et les valeurs. Le bois est créatif et innovateur. Le feu amène l’enthousiasme, la chaleur et l’énergie. Et l’eau est la source de la vie. L’avènement de ces cinq éléments découle notamment de l’interaction des deux grandes puissances « Yin et Yang » de l’univers.

La plupart des gens mélangent le shiatsu, l’acupression ou digitopuncture et le massage tuina. Généralement, le shiatsu et l’acupression consistent à appliquer une pression sur les points énergétiques du corps, mais il existe plusieurs différences.

Le Yin et le Yang

Dans la philosophie chinoise, le yin et le yang sont deux concepts complémentaires, qui sont employés pour analyser tous les phénomènes de la vie et du cosmos. Ces deux forces permettent de créer un équilibre, une énergie vitale appelée le Chi, Ki ou Qi. Comme l’électricité, le Ki peut se mouvoir grâce à deux pôles opposés. Il s’agit du + et du –. Mais en médecine chinoise, c’est le yin et le yang. Le Chi circule mal si ces derniers ne sont pas équilibrés et en harmonie. En fait, le symbole chinois du yin et du yang montre clairement cette liaison et opposition.

Sur le plan de la structure corporelle, certains organes sont yang (la tête, les muscles, la peau, le côté interne des membres, la droite du corps, le dos), d’autres sont yin (par exemple les reins). Le yin représente les ressources internes d’une personne et le yang représente ses relations avec l’extérieur. En outre, pour connaître le niveau d’équilibre chez un individu, le praticien doit évaluer plusieurs points.

Les méridiens et points d’acupression

En médecine traditionnelle chinoise, les méridiens sont des canaux interconnectés dans le corps humain, par lesquels circule le Qi, qui est l’énergie vitale du corps. Le Qi fonctionne notamment comme un circuit électrique. Ces systèmes ou canaux sont au nombre de 12 : six se situent au niveau du pied et six autres au niveau de la main. Il existe également huit méridiens curieux ou merveilleux vaisseaux, qui sont les grands axes de base, d’où provient l’incarnation.

Les différents points d’acupression sont : le point Feng Fu (sur la nuque), le point Yintang (entre les deux yeux), le point Shan Zhong (au centre du thorax), le point Zhong Fu (sous la clavicule), le point Nei-Kuan (entre les deux tendons fléchisseurs du poignet), le point Hoku (entre l’index et le pouce).

La digitopuncture ou l’acupression est considérée comme des médecines alternatives. Les pratiques ne sont certes pas expliquées ou démontrées scientifiquement, mais les résultats sur la santé des patients, par exemple dans l’apaisement des douleurs ou crampes menstruelles, sont positifs.

Guide en ligne pour trouver une pharmacie de garde à Amiens
Consulter un spécialiste pour des lentilles de contact ou des lunettes de vue au Québec